Partenariat immobilier gagnant et payant : 5 règles

En immobilier, il existe à mon sens 5 principales règles pour obtenir un partenariat gagnant et payant. La recette repose sur un matchmaking optimal.

Les grands de l’immobilier ont jeté les bases de leur empire à partir de leurs talents. C’est grâce au partenariat qu’ils ont pu atteindre le zénith. Une idée n’est rien si elle ne s’accompagne des moyens pour lui donner une forme tangible. Le cheminement vers un jumelage ( on dit aussi matchmaking) effectif, optimal, gagnant et payant n’est pas une affaire d’hasard ni de coincidence…

1- La première règle consiste à répondre à la question Pourquoi : Pourquoi je veux ou j’ai besoin d’un partenaire immobilier ? Le fameux Why. Afin de répondre à cette question, il faut avoir fait de la recherche. Et cette recherche, c’est sur nous-même qu’elle porte. Il faut en effet savoir Qui on est pour mieux savoir avec Qui on va décider de se lancer dans un projet d’expansion.

Suis-je un gestionnaire ? Je suis plus à l’aise avec les chiffres et je déteste appeler le plombier car j’ai l’impression de négliger ma gestion ou encore je ne connais carrément rien à ce domaine et ça ne m’intéresse pas. Pourtant il faut bien que quelqu’un le fasse…pendant que je compte les profits !

Au contraire, je n’aime pas gérer et je suis plutôt du type développeur. J’adore repérer des opportunités et je suis constamment à la recherche de ma prochaine acquisition. Par contre, je suis bloqué maintenant au financement vu mon parc de petits plex.

Il faut que tu puisses répondre facilement à la question Pourquoi , sinon peut-être n’as-tu besoin de personne et qu’au fond de toi-même, tu as renoncé à la croissance de tes affaires et que tu préfères en demeurer là.

2- La seconde règle à respecter pour un partenariat gagnant : pouvoir répondre à la question Avec qui m’associer ? Il faut que les futurs partenaires soient compatibles. S’ils se connaissent déjà ( amis, parents, collègues de travail par exemple), celà pourra contribuer à faciliter la conduite des affaires. On le sait, l’argent est parfois un mauvais maître. Les futurs partenaires auront tout intérêt à se faire guider dans ce processus et ce, ne serait-ce que pour leur donner des trucs et des méthodes de prévention et de résolution de mésentente ou de conflit, même potentiel.

Cette règle est d’autant plus importante pour les futurs partenaires qui en sont à leur premier dossier.

Il faut que tu puisses répondre facilement à la question Avec qui , et que cette décision commune de s’associer ensemble pour une ou plusieurs acquisitions résulte de l’analyse que chaque associé aura fait de ses qualités (et défauts) et de son évaluation de la valeur ajoutée qu’il apporte au partenariat. Plus cette valeur ajoutée sera élevée, meilleure seront les chances que le partenariat envisagé soit gagnant et  payant. Nous avions abordé la question dans un article précédant http://guybaillargeon.com/2016/11/20/trouver-partenaire-immobilier/

3- La troisième règle consiste à décider Comment vous aller travailler avec votre partenaire. Il peut s’agir d’un partenaire passif, c’est à dire, qu’il (ou elle) investit de l’argent pour prendre une part d’un immeuble ( ou d’une société qui détient un immeuble) et en retour, reçoit un rendement ( une portion du cashflow mensuel, sous forme de dividendes ou encore un pourcentage payable lors du refinancement ou lors de la revente)). Évidemment, les diverses formes de rétribution sont sujettes à négociation.

Il faut que tu aies une vision claire du type de partenaire désiré et que les documents soient bien rédigés et bien compris afin que l’harmonie.

 

hands-1063442__180

4- L’autre règle à considérer:  Maitriser les principes de base de ce que j’appelle le  Code Partenaire. À titre d’exemple, un bon partenaire est dévoué et agit avec tact en tout temps. Un bon partenaire n’est pas plus gourmand que la part à laquelle il peut prétendre ( que ce soit suite à entente avec son partenaire ou que ce soit basé sur les documents de partenariat). Un autre principe auquel je crois est qu’un bon partenaire travaille en fonction de garder ses associés ou partenaires heureux financièrement et émotivement.

Il importe d’assimiler les nombreux principes du Code Partenaire si on veut être une valeur ajouté à un éventuel partenariat et être en mesure d’évaluer la pertinence et la valeur ajoutée d’un éventuel partenaire. Autant de questions qui feront l’objet d’entretiens  et de discussions avant de signer quelque document que ce soit !

5- La dernière règle et celle que j’affectionne particulièrement: le partenariat a sa propre courbe d’apprentissage. La réalité veut qu’on ait tous soit vécu ou entendu parler d’un expérience de partenariat qui s’est mal déroulée. Pour avoir discuté avec plusieurs au fil du temps, la raison principale tient en un mot: improvisation.

La meilleure façon de maximiser ses chances d’atteindre le succès et ses objectifs en un minimum de temps: avoir un plan et le mettre à exécution. Pour ce faire, ne pas hésiter à faire appel à une ressource extérieure qui saura nous accompagner dans notre plan d’expansion. Agir ainsi vous mettra sur la bonne voie .

****

Savoir qui l’on est, quelle personne on recherche , corriger nos vieux réflexes de solitaire et les remplacer par d’autres, le tout accompagné d’un plan clair net et précis: c’est à mon sens un passage obligé pour quiconque désire se détacher du peloton.

 

Guy Baillargeon,ll.b. ©2016

 

 

 

 

 

 

À propos de
Diplômé en droit et passionné d'immobilier

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher